1960, Kamerun Street


de

Le ciel s’était rempli de souffre

Avec un onctueux brouillard

Où l’on ne distinguait plus les formes

Plongées dans le feu nourri sans répit

Comme pour perdurer la barbarie

Aux coups saccadés des fusils sans éclat

Ripostait la salve de la munition furieuse

Crépitant de toute son horreur

Sans que les bras égratignés des baroudeurs

Ne s’apeurent de hisser haut leur bannière

Sous le slogan de l’uniforme régulier

Nous sommes le peuple !

Nous sommes la victoire !

Criait l’unité du capitaine

Nous sommes l’espoir !

Nous sommes le Kamerun !

Renchérissaient les assiégés.

La plume poétique de Fabrice Essomba Belibi est un hommage aux « martyrs d’un jour, martyrs de toujours ». Le cri de la libération jaillit du fond de la gorge sans contrainte, pour que sa force originelle magnifie la langue des armes et purifie la révolte des perpétuels assiégés.

Fabrice Essomba Belibi est né à Douala au Cameroun. 1960, Kamerun street est son deuxième recueil de poèmes après Hypnoses, paru en 2015.  Ecrivain et parolier, il est juriste de formation.

 

 

Prix: 3000 Francs CFA, 6 euro

Commander

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...